Les Humains Associés Les Humains Associés

Voitures électriques en Chine, Pollution en Méditerranée, 100% d’énergies renouvelables en 2030 ?

Revue de liens hebdomadaire reprenant les infos les plus pertinentes diffusées par Twitter par l’équipe des Humains Associés. Chaque jour, nous partageons des liens de sources diverses. Cette semaine, la revue de lien est consacrée à la pollution plastique en Méditerranée et l’expédition MED, au projet de parc de voitures électriques en Chine, à la diminution de la réflectivité en Arctique suite à la fonte des glaces, à la possibilité de passer à 100% d’énergies renouvelables d’ici 2030 et l’imagerie satellite en soutien à la lutte contre la déforestation.

Déchets plastiques - Photo : unjenesaisquoideco

Déchets plastiques - Photo : unjenesaisquoideco

250 milliards de microfragments de plastique contaminent la Méditerranée

Dans le Pacifique et l’Atlantique, l’accumulation des déchets plastiques au sein d’immenses îles flottantes, sous l’effet des gyres océaniques, est connue et analysée par les scientifiques depuis quelques années. Les premiers résultats de l’expédition MED (Méditerranée en danger) a révélé que la mer Méditerranée n’échappe pas à cette pollution, bien au contraire. Des milliards de microfragments de plastique (500 tonnes), issus de la fragmentation des emballages et autres détritus, dérivent à la surface de cette mer, une véritable « soupe de plastique » dont la concentration est supérieure à celle rencontrée dans les océans et qui a surpris les scientifiques par son ampleur.

Des centaines de milliers d’animaux marins meurent chaque année après s’être retrouvés emprisonnés dans un sac plastique ou avoir ingéré un déchet flottant. Les oiseaux marins accumulent des quantités phénoménales de déchets dans leur estomac. Mais le plus grave n’est probablement pas visible : les microfragments de plastique se mélangent au zooplancton et sont absorbés par les larves et juvéniles de poissons – intégrant ainsi toute la chaîne alimentaire, avec des risques sanitaires probables pour les populations. Aucun micro-organisme n’est capable de dégrader complètement le plastique et il est impossible d’agir sur les microplastiques déjà présents dans l’eau.

C’est pour alerter sur la menace qui pèse sur cette mer, berceau de tant de civilisations et « hot spot » de la biodiversité marine avec pas moins de 17 000 espèces animales et végétales recensées, que l’expédition MED a été créée par des chercheurs et environnementalistes, appuyés entre autres par l’Ifremer, l’Observatoire océanologique de Villefranche-sur-Mer et différentes universités. Créée en 2010, elle s’est assigné plusieurs missions à remplir d’ici 2013 : étudier l’abondance et la dangerosité des microfragments de plastique ; sensibiliser les populations aux méfaits du plastique en mer et à la nécessité de réduire nos déchets en amont ; utiliser ces  campagnes embarquées pour réaliser une collecte de données spécifiques à l’échelle du bassin méditerranéen sur la biodiversité marine (plancton, méduses, algues). Une pétition a également été lancée pour saisir le Parlement Européen du problème. (Lire les articles sur Cdurable et Le Figaro, signer la pétition 1 millions de clics pour sauver la Méditerranée, consulter le site de MED.)


La Méditerrannée malade du plastique !

Changan Benni Mini full electric car  - Photo : Hugo90

Changan Benni Mini full electric car - Photo : Hugo90

La Chine programme l’installation de plus de 10 millions de bornes pour voitures électriques

Le gouvernement chinois serait en train de préparer l’installation de plus de 10 millions de bornes pour voitures électriques d’ici 2020. Pour couvrir plus de la moitié de sa consommation énergétique, la Chine doit importer son pétrole de l’étranger et cherche à mettre en place des véhicules alternatifs dans le plus grand marché automobile du monde, dont la croissance a dépassé les 30 % l’année dernière.

Pour soutenir cette transition vers les véhicules électriques, des primes pour les consommateurs ont été mises en place dans plusieurs villes et le marché sera libéralisé, y compris pour des producteurs automobiles étrangers.

La Chine compte aussi réduire sa production de charbon, le combustible fossile le plus bon marché mais aussi le plus polluant. Pour répondre au besoin en électricité des nouvelles voitures, elle mise déjà sur l’hydro-électricité et, dans une moindre mesure, sur le vent, le gaz et le nucléaire pour remplacer le charbon, qui fournit environ 70 % de son électricité. Le gouvernement va prochainement déclarer ses objectifs dans le domaine énergétique et se prépare à investir près de 1,5 billions de dollars US sur cinq ans dans sept secteurs stratégiques. (Lire l’article de Moneycontrol, en anglais)

One Lane Highway - Photo : US Geological Survey

One Lane Highway - Photo : US Geological Survey

Une perte de la réflectivité en Arctique plus importante que prévue

Une récente analyse montre que l’albédo en Arctique est deux fois plus faible que ce que les principaux modèles climatiques ont estimé jusqu’alors. L’albédo est une valeur utilisée notamment en astronomie et géologie et qui indique la capacité d’un corps à réfléchir l’énergie solaire. Les surfaces claires de la Terre, banquises, glaciers, lacs et rivières gelés, sols enneigés, ont une forte capacité à réfléchir les rayons solaires vers l’espace (elles ont un albédo important) et contribuent ainsi à maintenir l’atmosphère de la Terre plus froide qu’elle ne le serait sans elles. Or, le réchauffement climatique contribue précisément à faire fondre ces surfaces réfléchissantes, déclenchant un effet de rétroaction positive : plus la glace fond, moins les rayons solaires sont réfléchis, la chaleur est emmagasinée, ce qui à son tour renforce encore la fonte de la glace.

L’étude, publiée par le magazine Nature Geoscience basée sur l’analyse des données de la NASA et du Department of Energy, porte sur une période de trente ans. Même si la période n’est pas assez longue pour conclure à un lien direct avec le réchauffement climatique, les résultats sont significatifs et les auteurs soulignent qu’aucun des modèles climatiques utilisés par le GIEC n’a prédit un déclin de l’albédo en Arctique d’une telle ampleur. L’effet amplificateur de la diminution des surfaces enneigées peut s’avérer plus important qu’on ne le pensait. (Lire l’article sur EurekAlert!, en anglais)

Hasaki wind plant - Photo : shinkusano

Hasaki wind plant - Photo : shinkusano

100% d’énergie renouvelable d’ici 2030, c’est possible

Selon un rapport publié dans le magazine Energy Policy, il est possible que 100% de notre énergie soit renouvelable d’ici 2030, sous condition d’une volonté politique pour atteindre ce but. Mark Delucchi, un des auteurs de ce rapport, explique que les chercheurs ont souhaité montrer à travers cette étude qu’il existe de l’énergie renouvelable en assez grande quantité, qu’elle peut être exploitée pour répondre sans limites à nos besoins et permettre de remplacer les énergies fossiles qui représentent actuellement 80% de notre consommation.

Pour leurs calculs, les chercheurs se sont uniquement concentrés sur le vent, le soleil, les vagues et la géothermie. Ils ont mis de côté la biomasse, à cause des problématiques de pollution et de surexploitation des terres agricoles, et l’énergie nucléaire, qui représente actuellement 6% de la consommation mondiale.

Pour qu’un tel projet se réalise, de nombreux développements seront nécessaires. Il faudrait construire des éoliennes deux à trois fois plus puissantes que celles existantes. Mais déjà des turbines offshores d’une puissance de 5 MW ont été construites en Allemagne en 2006 et la Chine a suivi en 2010. Les centrales solaires devront combiner les panneaux photovoltaïques et le système thermodynamique (concentration des rayons solaires par des miroirs). Les maisons et bâtiments devront être équipés de panneaux photovoltaïques. Les usines marémotrices et la géothermie seront également des pourvoyeurs d’énergie, plus faibles mais plus constants, et qui permettront de rendre le système entier plus fiable.

Selon Jacobson, deuxième co-auteur du rapport, le défi majeur sera l’interconnexion des différentes sources d’énergie pour répondre à la demande globale. L’autre problématique pour réaliser ce défi est la disponibilité des terres rares, nécessitées pour certaines technologies renouvelables. Une exploitation accrue et davantage de recyclage, tout comme l’innovation technologique pour s’en passer, permettront néanmoins de l’atteindre. Reste la volonté politique comme principal obstacle. (Lire l’article sur Physorg, en anglais)

Déforestation en amazonie vue par Spot

Déforestation en Amazonie vue par Spot

L’imagerie satellite contre la déforestation

L’exploitation forestière et la coupe d’arbres sont responsables d’un cinquième de toutes les émissions de gaz à effets de serre à l’origine du réchauffement climatique. Le mécanisme REDD+ a été créé par l’ONU dans le but de protéger les forêts de la planète et d’enrayer le déboisement. Il prévoit une aide financière aux pays en voie de développement qui protègent leurs forêts humides. Pour éviter des dérives que craignent les ONGs à la suite de la mise en place d’un fond vert important, des outils d’évaluation et une cartographie précise et fiable des territoires sont indispensables.

Pour réaliser un monitoring objectif et irréfutable de l’état des forêts et anticiper la déforestation illégale, l’imagerie satellite s’avère alors le meilleur outil. A l’aide d’images de haute résolution, prises régulièrement et comparées à des images d’archives, on peut mettre en évidence l’évolution du couvert forestier et les points de déforestation non conformes aux plans d’occupation des sols. L’imagerie satellite permet de produire des « inventaires réguliers pour mesurer les effets des politiques nationales », indique Gil Denis de Astrium GEO-Information Services, une société qui fournit des images des satellites Spot pour les pays et collectivités. Des expériences sont menées au Brésil et un premier contrat a été signé pour la fourniture d’images satellites des forêts du bassin du Congo, le deuxième massif forestier tropical du monde après la forêt amazonienne. (Lire l’article sur Futura Sciences)

Partager : Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn1Share on Google+0

1 commentaire

[…] This post was mentioned on Twitter by Les Humains Associes, jyjyjie. jyjyjie said: RT @leshumains: [Blog HA] Pollution en Méditerranée, Voitures électriques en Chine,100% d’énergie renouvelable en 2030? http://ht.ly/3MQM1 […]

Laisser un commentaire