Les Humains Associés Les Humains Associés

Choses vues : Syndrome du Titanic, réchauffement, ONU et réseaux sociaux, taxis électriques (revue de liens) #greenfr

Revue de liens hebdomadaire reprenant les infos les plus pertinentes diffusées par Twitter par l’équipe des Humains Associés. Chaque jour, nous partagerons des liens de sources diverses.


Le Syndrome du Titanic – Bande annonce, film de Nicolas Hulot

« Le modèle économique dominant n’est plus la solution, mais bien le problème », nous dit Nicolas Hulot. Le film « Syndrome du Titanic » met en lumière les paradoxes et les absurdités de nos sociétés, de nos modes de vie, injustices, pillages et gaspillages de nos ressources. Il dresse un portrait alarmant de cette humanité aveugle qui continue à danser et à chanter alors que le bateau coule, ou presque… « Le Syndrome du Titanic » n’est pas un film environnemental. Il s’agit davantage d’un état des lieux de la planète, l’état de ses ressources et des conséquences des activités humaines et des différentes crises que nous traversons : crise écologique, économique, culturelle, environnementale, humanitaire. « Ce film est davantage un appel à la raison et un acte politique qu’un documentaire sur la crise écologique. D’ailleurs, « la belle nature sauvage » est la grande absente… » (…) Ne laissons pas le temps nous dicter le changement, saisissons l’occasion pour nous retrouver, mobilisons le génie humain en donnant enfin du sens au progrès. » (Voir la vidéo ici)

Colorfull iceberg - Photo : jeffmcmeill

Colorfull iceberg - Photo : jeffmcmeill

Une nouvelle étude prouve que le réchauffement planétaire est causé par les activité humaines

Une étude approfondie de la datation de sédiments en Arctique prouve que l’accélération de la fonte des glaces coïncide avec la naissance de l’âge industriel et que la fonte de l’Arctique a débuté au milieu des années 1800 quand on a commencé à relâcher dans l’atmosphère de grandes quantités de dioxyde de carbone. Selon les chercheurs, qui ont apporté des preuves incontestables, le réchauffement planétaire est dû aux activités humaines et ce réchauffement peut être plus important que les cycles naturels de réchauffement et refroidissement de la Terre. Résultats qui réfutent l’idée que le réchauffement actuel global de la Terre ne serait dû qu’à une simple variation naturelle. Pendant plus de 2000 ans une oscillation naturelle de l’axe de la Terre faisait que la région de l’Arctique s’éloignait du soleil pendant l’été boréal, réduisant ainsi la quantité de radiations solaires reçue dans cette zone. L’Arctique est maintenant plus éloignée du soleil d’environ 965 600 Km qu’elle ne l’était en l’an 1 après JC et les températures dans cette zone auraient dû baisser d’un peu plus de 17° depuis. Au lieu de cela, la température de la région a augmenté de 2.2° et la décennie entre 1998 et 2008 fut la plus chaude des deux derniers millénaires, selon le climatologue Darrel S. Kaufman de la Northern Arizona University. L’Arctique s’est réchauffé près de trois fois plus que le reste du monde, ceci dû à un effet bien connu, appelé l’amplification arctique : Comme les surfaces réfléchissantes telles que la neige et la glace fondent, elles sont petit à petit remplacées par des surfaces plus sombres, couvertes de végétation et d’eau qui absorbent la lumière et la chaleur du soleil. Cette chaleur emmagasinée est relâchée ensuite dans l’atmosphère. Cette absorption de chaleur dégèle également le permafrost, qui relâche ainsi dans l’atmosphère des gaz à effet de serre, tel que le méthane, qui aggravent encore plus le réchauffement global. Les scientifiques débattent pour savoir de combien l’eau des océans peut s’élever, mais nombre d’entre eux disent qu’une élévation d’1,80 m à 2,50 m n’est plus à exclure si le relâchement des gaz à effet de serre dans l’atmosphère continue à ce rythme-là. (Lire l’article ici, en anglais)

Page Facebook de lONU

Page Facebook de l'ONU

L’ONU s’intéresse aux réseaux sociaux

Le monde est sur la voie de changements technologiques remarquables qui ouvrent sur de nouveaux usages dans le domaine de la communication. A travers un grand nombre de nouvelles sources de communication, les nouveaux médias, les réseaux sociaux (Facebook, YouTube, Flickr et Twitter) etc., des millions de personnes ont un accès immédiat, quasiment en temps réel, à l’information la plus brûlante. En témoignent les débats qui ont lieu sur la place publique et sur Internet concernant, entre autres, les élections dans de nombreux pays (États-Unis, Moldavie, Iran…). C’est dans ce contexte que le Département de l’information (DPI) de l’ONU a publié une liste de sujets « oubliés ». L’objectif est d’attirer l’attention sur des sujets qui ont des conséquences importantes dans la vie de personnes vivant dans diverses parties du monde, mais qui ne sont pour autant pas débattus sur les réseaux sociaux d’Internet, et sur lesquels les projecteurs des médias ne sont pas braqués. Selon Kiyo Akasaka, Secrétaire général adjoint des Nations Unies à la communication et à l’information, Facebook, YouTube, Flickr et Twitter sont des mots qui font désormais partie du vocabulaire courant de gens d’origines diverses à travers le monde. « Aux Nations Unies, nous sommes vraiment conscients de la nécessité de combler le fossé qui existe entre ceux qui ont accès à la technologie la plus récente et ceux qui ne peuvent pas toujours en bénéficier, et aussi de participer aux débats actuels animés par ceux qui utilisent de nouveaux modes de discussion publique », déclare t-il. (Lire l’article ici)

Le web collaboratif modifie la démographie de l’engagement politique

Grâce à l’utilisation des réseaux sociaux et des blogs, les citoyens américains deviennent plus engagés dans la politique, même si Internet n’a pas encore profondément changé les habitudes politiques des citoyens. Ce sont globalement les plus aisés et les mieux formés qui restent les plus engagés. Mais les réseaux sociaux vont peut-être modifier la situation, si on en croit les experts du centre de recherche Pew. Selon eux, plus d’un quart des utilisateurs se servent des services dits « 2.0 » pour des activités civiques ou politiques, comme mener une véritable campagne virtuelle de soutien à son candidat préféré. Les jeunes (18 à 24 ans), qui sont traditionnellement peu engagés dans la politique, utilisent davantage les blogs et les réseaux sociaux pour s’exprimer, y compris sur des sujets citoyens. Selon les chercheurs, le web collaboratif pourrait contribuer à ce que les jeunes s’engagent aussi politiquement dans la vie réelle. Le Web participatif entraîne de réels changements de comportements, d’usages, et pose aussi des questions soulevées par les auteurs de l’étude : le web changera-t-il le caractère socio-économique de l’engagement des citoyens ? Les technologies créeront-elles de nouvelles barrières pour les classes désavantagées ? La tendance va-t-elle se confirmer dans les années à venir ou s’agissait-il simplement d’un sursaut ponctuel ? (Lire l’article ici)

Taxis à Tokyo - Photo : Calonda

Taxis à Tokyo - Photo : Calonda

Le Japon teste des taxis électriques à batterie interchangeable

A Tokyo, une compagnie de taxis japonaise va tester un nouveau dispositif d’échange rapide de batterie pour voitures électriques. Ce dispositif de stations automatiques a été conçu par la société américaine Better Place et permet de remplacer en quelques minutes les nouvelles batteries chargées. Nihon Kotsu, l’un des plus gros acteurs du secteur des taxis au Japon, va tester à partir de janvier, à titre expérimental, ce nouveau dispositif sur des voitures électriques (marque non précisée). Il s’agit pour les pouvoirs publics de procéder à divers tests pour évaluer et fiabiliser les technologies devant favoriser l’adoption massive des voitures électriques. A l’heure actuelle, les 55 000 taxis qui circulent dans les rues de la capitale sont des modèles déjà anciens. Il en va de même dans tout le pays où les taxis représentent 2% des automobiles en circulation mais sont responsables de 20% des rejets de CO2 issus des pots d’échappement. Il existe déjà des voitures tout-électriques (Mitsubishi Motors, Subaru), mais fabriquées en nombre limité (pour la clientèle des entreprises). La commercialisation à grande échelle est prévue pour 2010. Différentes initiatives ont été prises récemment pour préparer les infrastructures nécessaires à l’arrivée de ces véhicules qui auront besoin d’être ressourcés plus fréquemment que les modèles à essence. (Lire l’article ici)

Partager : Share on Facebook7Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Share on Google+0

2 commentaires

[…] veille collective et la publication hebdomadaire d’une revue d’actus issue de ces liens (ici et ici). Aujourd’hui, @leshumains compte un peu plus de 700 followers. Si l’humanisme, l’écologie […]

En tant que mère célibataire avec un petit salaire, c’est tous les jours que j’applique des moyens économiques car ne pouvant bénéficier d’aucune aide. Par exemple, pour éviter de consommer trop d’eau alors que la chaudièe est allumée, je remplis des bouteilles d’eau vide, à hauteur de 3 litres et demi et dès que la température de l’eau est suffisamment chaude, je peux prends ma douche. Ma fille adolescente s’y est habituée et ne rechigne pas.
Lorsque l’on a peu de moyens économiques, c’est chaque jour que l’on essaie par de petites astuces d’économiser (baisser la température de son réfrigérateur, utiliser des ampoules à basse consommation, éteindre la lumière lorsque l’on sort d’une pièce, etc..) Si tout le monde s’y mettait alors on verrait un véritable changement. Mais nous sommes dans une ère de paraître, d’argent, les valeurs humaines n’ont plus lieu.. PS : j’ai été élevée par des grand-parents soucieux de l’amour de la terre et de l’environnement bien avant l’heure.
Cordialement.

Laisser un commentaire