Les Humains Associés Les Humains Associés

La puissance de la gamme pentatonique par Bobby McFerrin

Bobby McFerrin Demonstrates the Power of the Pentatonic Scale

Démonstration de la puissance de la gamme pentatonique par Bobby McFerrin au World Science Festival 2009

Lors du dernier Festival mondial pour la science, qui a eu lieu en juin 2009 à New York, le musicien Bobby McFerrin a fait une démonstration de la puissance de la gamme pentatonique. Quels que soient le pays et l’audience, indique-t-il, il parvient toujours au même résultat avec son public.

L’échelle pentatonique comprend cinq hauteurs de sons différents et se trouve utilisée dans de nombreuses musiques traditionnelles, mais aussi dans le blues, le rock ou encore des comptines pour enfants.

La conférence Notes et neurones, à la recherche d’un chœur commun posait la question de nos réponses face à la musique. Sont-elles innées ou déterminées par notre culture ? La réaction au rythme et à la mélodie est-elle universelle ou influencée par notre environnement ? Bobby McFerrin a fait participer le public à plusieurs performances a cappella et des démonstrations transculturelles pour montrer les interactions remarquables de la musique avec notre cerveau et nos émotions.

Bobby McFerrin, chanteur, vocaliste et chef d’orchestre, auteur du très populaire Don’t Worry, Be Happy, est connu pour ses engagements en faveur de l’éducation musicale. « La musique est pour moi comme un voyage spirituel vers les profondeurs de mon âme. Et j’aime à penser que nous sommes tous en route vers notre âme. Qu’y a-t-il là-dedans ? C’est la raison pour laquelle je fais ce que je fais. »

World Science Festival 2009: Bobby McFerrin Demonstrates the Power of the Pentatonic Scale from World Science Festival on Vimeo.

Partager : Share on Facebook31Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Share on Google+0

1 commentaire

c’est brillamment réalisé, mais ce n’est pas magique non plus. Il donne au public les 3 premières notes (ré, mi et si)et ce dernier les répète docilement et avec justesse (ce qui ne marche en général pas avec les publics qui ne savent pas chanter, croyez moi, et d’ailleurs quand il dit que ça marche partout, c’est totalement faux). Les deux notes restantes de la gamme il les chante en boucle pour les faire intégrer au public. Donc le public ne « trouve » pas tout seul ces notes. C’est de la manipulation (très agréable au demeurant). En fait ça pourrait marcher avec n’importe quelle gamme.

Laisser un commentaire