Les Humains Associés Les Humains Associés

À propos de la tentative d’organisation d’un débat entre les candidats avant le premier tour de la présidentielle…

Réunion pour un débat du premier tour en ligne
Réunion pour un débat du premier tour en ligne

Chronique subjective d’un débat annulé…

Au début tout était possible, ouvert. L’espoir était là !
Mais cela a très vite dégénéré en un rapport de forces, or c’est l’union qui fait la force et, faute de lucidité, les divergences de point de vue se sont muées en une barrière quasi infranchissable.

D’un côté, les pragmatiques — ceux qui savent par expérience que, même si l’impossible peut s’accomplir en fait, il y a un moment pour tout et que ce moment là était plutôt celui d’un accord imparfait. De l’autre, « les inflexibles ».

Que disaient donc les tenants de cet accord imparfait ? Que, certes, l’idéal aurait été de faire un débat avec les 12 candidats, mais que cela s’avérait logiquement impossible vu le peu de temps disponible et la difficulté d’établir un protocole accepté par tous les candidats. Et par ailleurs, que l’idée de tirer au sort les protagonistes du débat était insensée puisque nous savions tous qu’aucun des « quatre candidats » n’accepterait un tel protocole. Très vite, ceux qui se rangeaient du côté d’une proposition plus réaliste ont été stigmatisés comme… les représentants des « médias dominants » non respectueux de la démocratie ! Une telle absence d’esprit pratique m’a laissée perplexe. D’autant plus que j’ignorais qu’aux yeux de certains, nous étions mandatés par la blogalaxie et le Net citoyen pour les représenter. Pour moi, nous étions de simples citoyens mettant leurs forces et leur savoir faire dans une entreprise commune, qui consistait à appeler les candidats à la présidentielle à un Débat Républicain, souhaité par une très large majorité de nos concitoyens.

Médias, blogueurs, sociétés de production, télévisions, acteurs du web, ONG, tous !, avec un but commun : que le débat puisse avoir lieu.

Finalement, que les médias n’aient pas relayé l’Appel, que les agences de presse AFP/REUTEURS/AP aient attendu d’avoir des éléments plus conséquents pour faire leurs communiqués, que les représentants de plusieurs médias en ligne se soient mis en retrait, tout cela n’a rien d’extraordinaire compte tenu de notre amateurisme flagrant et de la cacophonie quasi générale !

Alors, n’y a-t-il pas eu de points positifs dans cette aventure ?

Si ! Tout d’abord, nous avons démontré que nous étions techniquement capable d’organiser, de produire et de diffuser un tel événement très largement sur Internet. Ensuite, la bonne volonté de plusieurs signataires est clairement apparue (je pense notamment à 2P2L, vpod.tv et à 20 Minutes). Et enfin, quelque chose d’important a eu lieu. Pour une fois, nous sommes allés vers ce qui nous unit, nous nous sommes rassemblés dans un même lieu, au même moment, laissant de côté nos points de vue divergents, nos approches singulières, nos intérêts mêmes, pour nous mettre un court instant au service d’une idée, dans le seul but de la servir ! Pendant un instant, celui du premier accord (d’abord un appel pour un débat à quatre, puis un communiqué 48 heures plus tard pour les autres candidats), nous nous sommes démontré à nous mêmes que nous étions capables de réunir nous forces et nos personnes vers un but commun. Un seul instant, hélas !, mais il suffit à nous assurer que c’est possible, et qu’un jour futur, peut-être…

tatiana a. faria
Les Humains Associés

Voir aussi le podcast de Johan Hufnagel chez Mémoire Vive

Partager : Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Share on Google+0

5 commentaires

Je tiens à te remercier, chère Tatihannah, pour la sincérité de tes propos et pour ta franchise légendaire. On ne peut se décrêter du jour au lendemain, expert en communication politique. Les bonnes volontés ne suffisent pas. Merci pour cette note sans concession.

Tentative d’organisation d’un débat……

– Vous aimez cet article ? Votez pour lui sur Blogmemes.fr !Au début tout était possible, ouvert. L’espoir était là !
Mais cela a très vite dégénéré en un rapport de forces, or c’est l’union qui fait la force et, faute de lucidité, les divergences d…

Ce débat ne pouvait avoir lieu. Le casting de ceux qui voulaient le faire n’était pas équilibré et toutes les intentions pas claires… à la lecture des différents compte rendu qui surgissent depuis quelques jours…

Par ailleurs, sans Sarkozy, l’intérêt du débat pour les autres candidats n’existait pas. Le virtuel a encore à apprendre de la « real » politique.

Même si ce débat en lui-même n’a pas eu lieu, quelque chose d’autre a eu lieu : une porte qui s’est ouverte sur une possibilité jusque là inenvisageable : travailler ensemble dans un but commun, dépassant les limites habituelles des intérêts personnels et cela est énooooooorme !!!
Ca me fait penser aux records : tant que personne n’a couru le 100 mètres en moins de 10 secondes, personne n’imagine que c’est possible, jusqu’au jour où ….
Alors quoiqu’il en soit, merci à tous les participants et participantes à cette initiative.

Merci pour l’analyse politique et le témoignage de l’intérieur. Cela permet de se faire une idée des difficultés, mais aussi des chances qui sont là quand il est question de réunir nos forces dans un projet commun. Ça donne l’impression que nous sommes au début de quelque chose de nouveau, que nous avons même du mal à penser, dans lequel nous balbutions nos efforts, mais qui est prometteur. Cependant, je n’arrive pas à comprendre qu’il y ait encore cette opposition « Médias officiels » et blogalaxie. Je trouve fatiguant le procès d’intention qui est parfois fait à la « grande presse », inféodée aux pouvoirs en place, forcément. Ça peut arriver, mais ce n’est pas la vraie question.

Pouvons-nous travailler ensemble au-delà de l’esprit partisan, nous mettre au service d’une idée comme vous dites ? Pratiquer l’intelligence collective, de façon très pragmatique (et les Français ont un peu de mal avec :), le truc radicalement nouveau, qui va faire exploser les vieux schémas compétitifs. Ça, ce serait vraiment neuf et si nous y arrivons (nous au sens très large), les politiques devront suivre. Ce sera irrépressible, non ?

Laisser un commentaire